mardi 14 novembre 2017

Rest for eight weeks




Blog en sommeil pour huit semaines


Reprise 08/01/2018


Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année

 



Blog comes to rest for eight weeks


Will be back on 08/01/2018
I wish you merry Christmas and new Year holidays

lundi 13 novembre 2017

694 - La lavandière

Inde 2014                                                                               photo 3972  1/30

Inde : Badami, la lavandière en plein travail ...

"...
Mais l'eau n'interrompt pas sa course aventureuse
Malgré tant de travaux et de sommeils. Voici
La brèche ouverte sur l'horizon obscurci
Par la poussière d'eau. Le lit de pierre plate
Finit brusque, et le flot, pesante nappe, éclate
En un rugissement perpétuel. En bas,
Les rocs éparpillés comme après des combats
De titans, brisent l'eau sur leurs arêtes dures.
Au loin, tout est mouillé. L'audace des verdures
Plantureuses encadre et rompt souvent l'éclat
De la chute écumeuse.
..."
Charles Cros  Le fleuve 

vendredi 10 novembre 2017

693 - Journal de bord T1 p 81-82

Journal de bord T1 p 81-82

La lune
on ne la voit dans les fêtes.
Il y a trop de lunes
sur la pelouse !

Tout veut jouer à être lune.
La même fête
C’est une lune blessée
qui est tombée sur la ville.

Des lunes microscopiques
dansent sur les vitres
Et certaines restent
Sur les gros nuages
De la fanfare.

La lune de l’azur
on ne la voit pas dans les fêtes
Elle se voile et soupire :
 » J’ai mal aux yeux ! »

Federico Garcia Lorca, Poemas de la Feria
Traduction de Winston Perez

mercredi 8 novembre 2017

692 - Corvée d'eau

Inde 2014                                                photo 3030  1/30

Inde :Chennai, Park Town, la petite porteuse d'eau paraît bien frêle avec cette grosse jarre ....

Les femmes et les petites filles sont les premières victimes de la crise de l’eau provoquée par la pollution, la sécheresse et les multinationales, ces vendeurs d’eau. La corvée de l’eau a toujours existé et existe partout dans les zones rurales. Les femmes et les jeunes filles  parcourent plusieurs kilomètres, entre  3 heures et 6 heures à pied tous les matins pour aller chercher l’eau. Entre 15 et 25% de leur énergie journalière est dépensée pour cette tâche. Cette corvée présente un obstacle pour la scolarisation des filles et pour l’émancipation des femmes. Aller chercher de l’eau fait partie de l’inégalité des sexes.

Saïda Schreiner in Mediapart

L'article en totalité

lundi 6 novembre 2017

691 - Les filaos

Inde 2014                                                                              photo 3565   1/30

Environs Allepey,  Thottapalli Harbour, derrière le rideau de filaos, un minuscule port très ouvert, sur la plage ...

«  Là-bas, au flanc d’un mont couronné par la brume,
Entre deux noirs ravins roulant leurs frais échos,
Sous l’ondulation de l’air chaud qui s’allume
Monte un bois toujours vert de sombres filaos.
Pareil au bruit lointain de la mer sur les sables,
Là-bas, dressant d’un jet ses troncs roides et roux,
Cette étrange forêt aux douleurs ineffables
Pousse un gémissement lugubre, immense et doux.
Là-bas, bien loin d’ici, dans l’épaisseur de l’ombre,
Et tous pris d’un frisson extatique, à jamais,
Ces filaos songeurs croisent leurs nefs sans nombre,
Et dardent vers le ciel leurs flexibles sommets.
Le vent frémit sans cesse à travers leurs branchages,
Et prolonge en glissant sur leurs cheveux froissés,
Pareil au bruit lointain de la mer sur les plages,
Un chant grave et houleux dans les taillis bercés.
Des profondeurs du bois, des rampes sur la plaine,
Du matin jusqu’au soir, sans relâche, on entend
Sous la ramure frêle une sonore haleine,
Qui naît, accourt, s’emplit, se déroule et s’étend
Sourde ou retentissante, et d’arcade en arcade
Va se perdre aux confins noyés de brouillards froids,
Comme le bruit lointain de la mer dans la rade
S’allonge sous les nuits pleines de longs effrois.
Et derrière les fûts pointant leurs grêles branches
Au rebord de la gorge où pendent les mouffias,
Par place, on aperçoit, semés de taches blanches,
Sous les nappes de feu qui pétillent en bas,
Les champs jaunes et verts descendus aux rivages,
Puis l’océan qui brille et monte vers le ciel.
Nulle rumeur humaine à ces hauteurs sauvages
N’arrive. Et ce soupir, ce murmure immortel,
Pareil au bruit lointain de la mer sur les côtes,
... »
Léon Dierx  Les filaos

vendredi 3 novembre 2017

690 - Lagune

Sri Lanka 2016                                                    photo 4981 n&b sepia 1/30

Sri Lanka : Negombo,  la lagune


" Pas de satin
feutrés,
ou velours de brouillard,
l’esprit
gante l’émoi
d’une ganse de soie,
puis tisse le silence
de la nuit assoupie
aux bruissements
de rames
parfumées
et lascives.
..."


Francis Etienne Sicard   Lazzi sur la lagune